Lee Fields & The Expressions – Le Bikini – 10/09/2019

Lee Fields & The Expressions

Quasi deux ans après notre première et impressionnante rencontre scénique avec le soulman et au même endroit (Le Bikini, Toulouse), nous réitérons l’aventure en quête d’un bon shoot de Soul et d’Amour.

À notre grand étonnement, point de vrai première partie, faite de musiciens du crû, en chair et en os !!! Juste un D.J. (Pierre Bardoux) qui déroule une programmation Soul/Funk et Afro de connaisseurs, mais qui ne peut remplacer la découverte de jeunes artistes sur scène en ouverture. Triste, cette perte de première partie dans beaucoup trop de salle.
21h15, la lumière se tamise et c’est l’entrée des « Expressions » avec, pour préparer les oreilles, du lourd, une intro purement instrumentale : Saturn, dans la grande et pure tradition roots des Soul-Revues. Et croyez-nous, effectivement, Saturn grave !!

Puis le vénérable Thomas « Tom » Brenneck (Menahan Street Band, Budos Band, Charles Bradley, Amy Winehouse…) endosse le rôle du speaker traditionnel et haranguant l’auditoire, annonce l’arrivée du maître de la soul : “Misteeeeeeeeer Leeeeee Fields !!!”. Et là apparaît, tout de doré revêtu, le petit par la taille, mais grand par le talent : Lee Fields.

Comme en 2017, il ouvre avec le saisissant Coming Home et c’est parti pour près d’une heure trente de communion avec un artiste généreux, entièrement habité, qui titre après titre, fait monter la sauce d’un cran, et dépose, sans compter, dans le cœur de chacun présent, de l’essentiel et de l’harmonie.
C’est un Lee Fields en très grande forme et les titres de son dernier opus It Rains Love fonctionnent à merveille (pas moins de 6 morceaux de son dernier album).
Nous assistons à bien plus qu’un concert, une véritable célébration. Le Bikini est transporté, des sourires sur les visages, les mains se lèvent, en transe, des larmes coulent sur les joues de certains hommes…

Un impressionnant gamin, taillé comme un rugbyman pro, à ma gauche, me demande mon âge, je lui réponds « Sûrement le double de toi !”, “24 ans !!” me dit-il, les yeux mouillés. « J’ai découvert Lee, y’a 6 mois avec le titre Ladies et c’est le choc musical de ma vie ».

Le show se poursuit, épaulé de son backing band monstrueux (mention spéciale au binôme basse/batterie) et d’un son aux petits oignons, le show s’embrase avec Wake Up, Money Is King, Make the world. Immense interprétation de son Faithful Man. L’homme ne veut plus quitter la scène…
Lee donne tout, Lee nous transcende, Lee nous charge d’une douce et profonde énergie.

Le public en redemande et a droit, en rappel, à une version époustouflante de Honey Dove égrainé sur près de 10 mn.
Nous avons tous le souffle coupé, heureux et admiratifs. 68 ans le bougre…

22h30, l’homme quitte la scène en sueur et en transe totale avant de réapparaître, simple, disponible et humble, pour une séance de dédicace où il restera jusqu’au dernier fan.
Lee n’est pas un pas un grand mais un Géant !

Thanks for the Love Mister Lee Fields, à votre retour dans le coin, nous serons encore là.

 

Le site officiel : www.lebikini.com
Photos:
© Laurent Sabathé
Texte: © David Noël
Lieu: Le Bikini (Toulouse, FRANCE) | 10.09.2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *