[Chronique Album] The Proper Ornaments – Six Lenins

Si la musique est une industrie, un bon nombre de ses acteurs sont encore des artisans. Ceux qui travaillent leur matière avec amour. Parmi eux, les Anglais de The Proper Ornaments, groupe construit autour du duo James Hoare et Max Claps, sont des gens rompus au métier puisqu’officiant aussi chez Veronica Falls ou Toy (Happy in Hollow, déjà un des meilleurs albums de 2019). Ils reviennent en ce printemps 2019 avec Six Lenins, un nom d’album référent au tableau de Salvador Dali Hallucinations partielle : Six Images de Lénine sur un Piano.

Qu’on se rassure numéro 1 : Nul besoin de connaissances en histoire de l’art pour apprécier leur musique.

Qu’on se rassure numéro 2 : Il ne s’agit pas d’un disque halluciné enregistré sous puissants psychotropes. Contrairement à son tourmenté prédécesseur Foxhole, il avance tout en douceur, avec une aisance mélodique digne de la première décennie du Brian Jonestown Massacre.

Apologize, le morceau d’ouverture en est une belle preuve. On retrouve cette même voix éthérée tout au long du disque, elle flotte dans la rêverie Where are you Now, rend hommage à l’idole dans Song for john Lennon, où on trouve quelques traces électroniques. Please Release Me prend un peu de relief, c’est un vrai bijou psychédélique, du boulot d’orfèvre. La suite pourrait paraître monotone ou dans un monochrome pastel sur deux ou trois titres, mais le très velvetien In the Garden vient donner une conclusion enlevée à la chose.

Pacifiquement, Six Lenins impose un totalitarisme pop éclairé.

 

 

The Proper Ornaments seront au Pingouin Alternatif à Arthez de Béarn ce samedi 20 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.