[La Reprise du Jeudi] Nirvana et ses idoles

Il y a 25 ans disparaissait Kurt Cobain, l’icone d’une génération mettait salement fin à ses jours en se faisant sauté la cervelle. Ce n’est que 6 mois plus tard que sort le posthume MTV Unplugged in New York. La chaîne musicale américaine est toute puissante dans un monde pré-Youtube, alors il faut imaginer la tête de ses représentants quand Nirvana communique le setlist. Peu de tubes, beaucoup de reprises, le groupe sait rendre hommage à ses influences.

Le plaintif Where did you sleep est le morceau qui restera comme le plus fameux du disque, on sait qu’on le doit au bluesman Leadbelly qui fut le premier à se demander où sa femme avait bien pu passer la nuit. Mais Cobain avait déjà prêté sa voix à une autre version, elle se mêlait à celle, basse et grondante de Mark Lanegan, dans le premier album solo du leader des Sreaming Trees paru en 1991.

On trouve ensuite 3 titres, rien que ça, des Meat Puppets, groupe de Paradise Valley, Arizona que la scène grunge considère comme un de ses parrains. C’est Plateau, Oh Me et Lake of Fire. Des morceaux quelques parts entre folk et punk changés en un folk bien plus appliqué.

The Man who sold the World est un classique de David Bowie, dont on peut penser que Cobain appréciait la personnalité et la carrière.

Mais il y a un cas plus intéressant. Comment, dans la charnière des années 80 et 90, un jeune homme de l’état de Washington au nord ouest des USA devient fan de The Vaselines, un groupe plutôt confidentiel de Glasgow ? A l’époque, il y avait dix références au supermarché et le reste se commandait par les « distros », catalogues de distribution de cassettes. Les Vaselines étaient un duo qui chantait des horreurs sous des airs de pop angélique, qui semblait bricolées dans une chambre d’adolescent. On retrouvait déjà leur Molly’s Lips et Son of a Gun dans Incesticide, le deuxième album de Nirvana, ici c’est Jesus doesn’t want me for a Sunbeam qui pourrait presque passer une chanson pieuse.

Sinon, pour savoir quels étaient les groupes préférés de Kurt Cobain, il fallait regarder ses t-shirts.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.