Marta Ren and The Groovelvets – La Centrifugeuse – 10/11/2017

Le site officiel : martarengroovelvets.bandcamp.com
Photos : © Fabien Maigrat
Lieu : La Centrifugeuse (Pau, FRANCE) | 10/11/2017

Il flottait ce vendredi soir à la Centrifugeuse comme un parfum de sixties. Un DJ passe de vieux standards, qui n’ont rien perdu de leur pêche au fil des ans, il ouvre pour celle qui vient se poser en héritière des grandes dames de la soul. Elle n’est pas née à New York ou à la Nouvelle Orléans, Marta Ren nous vient de Porto, Portugal, et après une introduction de ses Groovelvets, elle laisse exploser son énergie folle. Le groupe est impeccable, cuivres puissants, orgue Hammond dynamique, basse funky, ils ont la mise classique avec costume et cravate, ce qui contraste avec la chevelure rose ou orange de la patronne qui s’agite en rythme avec un pagne de même couleur. Elle s’accorde que le public soit plus cool que sur-expressif, mais quand même, elle aimerait bien que ça réagisse un peu plus en face d’elle, alors elle tape où ça fait mal, indice : « Pau » signifie « bite » en portugais. Il faut parler d’amour pour que le rythme ralentisse, Marta Ren s’assoit sur le bord de la scène, quand elle ne se livre pas par la danse, c’est par des mots bien personnels.
Nous aurons droit à deux reprises, celle de Light my Fire des Doors allie puissance et langueur, elle n’est pas sans rappeler celle magnifiquement orchestrée de madame James Bond, Shirley Bassey. Satisfaction des Stones ouvre un rappel qui clôturera sur des airs rock steady, les premiers amours de la dame. Le DJ revient à ses platines, le Seven Nation Army de Nostalgia 77 ramène doucement le public dans le présent.

Julien Beylac

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.