[interview et live-report] Emily Jane White et We Show Up on Radar – Pingouin Alternatif (64)

Le 23 février, le Pingouin Alternatif s’était fait beau pour accueillir une pointure du folk international, Emily Jane White.Mais avant le concert, Céline a posé quelques question à Emily.

Pour le concert, le bar avait multiplié les places assises pour que chacun puisse profiter de des compositions de la Californienne dans les meilleures conditions. Mais tout d’abord, place au duo londonien We Show Up on Radar pour leur première date en France. Dans la lignée de Sparkhorse, ils produisent un folk lo-fi sans prétention mais plutôt bien foutu. Un blondinet au chant et la guitare, un barbu sur un sampler qui passe dans la poche et qui contient tout un orchestre, pratique pour ne pas payer de bagages en soute ! Le set se clôture sur une reprise de True Love will find you in the End de Daniel Johnston qui colle bien à l’esprit du duo.

 

Emily Jane White jouait à Saint-Jacques-de-Compostelle la veille et le concert au pingouin était en fin d’après-midi. Certes, elle n’a pas fait le trajet à pied, mais la distance entre le deux lieux ne permettaient pas de grandes largesses concernant les balances. Aussi le temps de pause fut utilisé pour quelques réglages avec son bassiste et son batteur, sosie officiel de Dave Grohl. On est dimanche, on a le temps.

Là voici, blonde dans une longue robe noire pour Washed Away. Le single de son dernier album Immanent Fire parle de la façon dont nous nous sommes détournés de notre environnement naturel. Suivent d’autres de ses titres les plus récents, lents, solennels et surtout beaux. Magnifiquement beau, sa voix a la même profonde et éclatante beauté que sur ses enregistrements. Il y a aussi des reflets gothiques qui n’existaient pas à ses débuts, ainsi Dagger ou Wild Tigers I known apportent un peu de légèreté. Emily Jane White alterne des passages à la guitare ou aux claviers d’un set long et généreux sans s’économiser en vue de la Maroquinerie du lendemain.

Dans des endroits comme le Pingouin Alternatif, il n’y pas de loges derrière la scène, à la fin, il faut fendre le public. Ce dimanche, ce fut sous une haie d’applaudissements.

Le site officiel :Cliquer ici
Textes : © Julien Beylac
Interview : © Céline Moreau
Photos : © Fabien Maigrat
Lieu : Le Pingouin Alternatif (Arthez de Béarn, FRANCE) | 23/02/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *