[La Reprise du Jeudi] Golden Brown, des Stranglers à Dave Brubeck

Tous les plus quarante ans ont déjà entendu au moins une fois Golden Brown, le tube des Stranglers aux airs de valse baroque qui amène l’auditeur vers des contrées lointaines. The Stranglers étaient des punks de mauvais poil, qui avaient la particularité de savoir jouer de leurs instruments et de posséder en leur sein un claviériste, le lugubre Dave Greenfield. C’est lui qui a écrit le morceau sorti sur leur album de 1982, La Folie, qui marqué un tournant plus pop pour le groupe. Il a trouvé la fameuse ritournelle et la joue au clavecin, ce massif instrument moyenâgeux, alors que la mode est aux synthétiseurs.

Il a aussi écrit les paroles, alors que d’habitude, c’est le chanteur / guitariste Jean Jacques Burnel qui s’occupait de toutes ces choses. Des paroles étranges, dont il ne révélera le sens que plus tard, pour ne pas nuire au succès du morceau. Golden Brown évoque des choses qui l’apaise, une femme à la peau dorée et aux origines méditerranéennes, ainsi que l’héroïne. La drogue, pas Wonderwoman.

 

2020, lors d’une errance sur Youtube, apparaît la vidéo qui bouleverse tout (concernant l’origine du titre en question, hein, pas celle de l’humanité). On y voit le Dave Brubeck Quartet jouer Golden Brown sur des images qui semblent bien antérieure à 1982. Ah tiens, je ne savais pas que le titre des Stranglers étaient en fait une reprise d’un thème de jazz, ça fera un excellent sujet pour une reprise du jeudi !

 

Sauf qu’il faut y regarder de plus près. La vidéo a été postée en mars 2020 par un certaine Laurence Mason (c’est un monsieur, il est anglais). Il a voulu par là rendre hommage à Dave Greenfield et Paul Desmond, le saxophoniste de Dave Brubeck, tous les deux emportés par la première vague du COVID. Il a collé le clavecin des Stranglers sur une vidéo de 1964 du célébrissime Take Five, les deux claviers ne sont pas si éloignés. Il n’a pas joué que du logiciel de montage puisque c’est lui qui interprète les notes de saxophone placées là où vient le chant de Burnel dans la version original. C’est bigrement bien fait, ce montage créée un vrai désordre temporel. 

Le morceau a même été sorti en vinyle par Jazz Room Records sous le nom de The Take Vibe EP avec Walking on the Moon de Police en face B, mais c’est épuisé !

There are 2 comments for this article
  1. anaïs at 17 h 07 min

    oui bon rien qu’un mash-up bien fait !
    Golden Brown est bien un morceau qui a tourné sur toutes les radios , et oui ! ce hit des Stranglers fait il n’y a pas de doute, référence explicite à l’héroïne !
    quel putain de groupe !
    un de mes chouchous avec le Velvet, the Fall, les Cramps, pour n’en citer que 3

    • Julien B at 20 h 49 min

      Un mashup bien fait qui m’a eu, parque j’ai vraiment cru que l’origine de Golden Brown était chez Dave Brubeck !
      Une naïveté surement due au fait que je ne maitrise pas les Straglers comme vous !
      Les Cramps … ça me fait penser qu’il faudra que je m’attaque à Fever un de ces jours …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *