[Chronique] This Will Destroy your Ears – Clear

This will Destroy your Ears, voilà un nom osé. Car priver de leur système auditif  des gens que l’on aurait au préalable kidnappés est chose aisée, lorsqu’on est armé de guitare, basse et batterie, mais le faire à un public consentant l’est moins. Une poignée de singles (Disabled Memory, Shake Shake Sick Sick)avait déjà prouvé que la promesse n’était pas en l’air et l’album 8 titres Clear arrivait avec sa pochette incendiaire, un type n’inspirant que moyennement confiance posant jerrican d’essence à la main.

Kill Martell arrive accompagné d’un souffle puissant, tel un poids lourd lancé à vive allure sur l’A63, suivi d’un Coffin for Two dont le refrain prend une ampleur impressionnante. Pourtant, sur ce titre, la voix d’ours se veut aussi rassurante et protectrice. Cette voix qui, mêlée à une détermination froide, peut faire penser à Interpol sur un titre aussi impeccable que [Un]Believers. Le trio landais navigue avec brio entre noise et post-rock, peut faire aussi penser à A Place to Bury Strangers pour son amour et sa maîtrise du bruit, ils savent faire danser tout en gardant l’oeil sévère, ils savent sonner lourd sans que ça nuise au dynamisme de l’ensemble. Ils peuvent aussi faire les deux à la fois sur le single Where is my Cake.

L’album finit dans une nappe de brume avec Mitte/Seite. Cet album est une belle promesse pour l’avenir et la certitude que d’autres coups de vent sortis du Golfe de Gascogne nous passeront dessus. Parce que les tempêtes Fabien et Amélie n’étaient que des répliques de Clear.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *