[La Reprise du Jeudi] I heard it Through the Grapevine

Si on traduit I Heard It through the Grapevine mot pat mot, ça signifie Je l’ai entendu à travers la vigne. Mais l’expression française qui conviendrait le mieux serait Mon petit doigt m’a dit. Mon petit doigt me dit que tu seras à moi d’ici peu … Qui mieux qu’un charmeur insatiable comme Marvin Gaye pour faire de ce titre un tube ? Il aimait tellement les femmes, plutôt qu’une femme, le chantait si bien que ça causa sa perte. Son pasteur de père ne pouvant supporter ça, finira par l’assassiner lors d’une dispute, un jour de 1984.

 

Mais il ne faut pas le premier à chanter ce titre. Il fut écrit par Norman Whitfield pour les artistes Motown Gladys Knight & the Pips puis Smokey Robinson. Tout ça entre 1967 et 1968, et oui, à l’époque tout le monde jouait les morceaux de tout le monde, en même temps, tout le temps.

OK, les Creedence Clearwater Revival semblent avoir moins de sex appeal que Marvin Gaye, mais pourtant leur version rock est fameuse. Elle sort en 1970 sur leur album Cosmo’s Factory.

 

Comme tout classique, le titre va être repris des dizaines de fois dans tous les styles, mais la plus intéressante sera celle des Slits en 1979. Elles ne sont que des gamines, pas même majeures lorsqu’elles posent en amazones, seins nus, sur la pochette de Cut. Elles viennent alors mettre un grand coup de pied dans le petit monde punk de Londres, alors occupé à compter ses épingles à nourrice. Punk, elles le sont dans l’état d’esprit, la voix exubérante de Ari Up, l’attitude prompte à choquer le bourgeois. Mais la musique est un mélange novateur de la new wave naissante et du dub jamaicain qui résonne fort dans les quartiers caribéens de la ville. Avec un énergie et une fraîcheur communicante. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *