[La Reprise du Jeudi] Everybody got the Fever

Fever. Tout le monde a déjà entendu ce morceau de 1958. Ces doigts qui claquent pour un swing imparable, alors qu’arrive la voix parfaite de Peggy Lee qui charme dans l’instant sans le moindre effort. “Never know how much I love you”, c’est pas rien comme déclaration.

 

Ce standard a été repris des milliers de fois dans tous les styles imaginables. Mais s’il fallait en retenir une seule, alors ça serait celle des Cramps. Romance de caniveau dans les bas fonds new-yorkais. Un prétendent attend peut être derrière une poubelle, cran d’arrêt prêt à l’emploi. Nous sommes là en 1980, la basse reprend le swing, mais il est glacial. Et la voix est celle d’un fou, allant du suave au terrifiant. Pourtant, Poison Ivy et Lux Interior s’aimaient passionnément jusqu’à la disparition de ce dernier en 2009.

 

Flashback. Le Fever de Peggy Lee est la version la plus connue mais n’est pas l’originale. Le morceau date de 1956, deux ans auparavant. Elle est écrite par les artistes R’n’B Otis Blackwell et Joe Tex et interprétée par la pure voix soul Little Willy John bien entourée de cuivres. Il serait dommage d’ignorer cette première version du grand classique Fever.

 

Pour les amateurs d’adaptation à la française, on notera que Boris Vian en a signé une pour la chanteuse Caterina Valente. Le morceau est renommé 39 de fièvre à l’occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *