[La Reprise du Jeudi] Les madeleines de Ty Segall

Aux États Unis, le Fudge Sandwich doit être l’équivalent des madeleines de Proust, c’est aussi le nom qu’a choisi Ty Segall pour son album de reprise sorti ce mois d’octobre. Si l’exercice est souvent taxé de “facile” pour artiste en manque d’inspiration, il n’en est rien pour le nouveau héros du rock indé, véritable stakhanoviste qui sort actuellement une nouveauté tous les 3 mois sous un nom où un autre.

Dans Fudge Sandwich, le blondinet noie The Loner de Neil Young sous une épaisse crème de fuzz, éclabousse Saint Stephen du Grateful Dead de décibels ultra-caloriques. On pourrait croire que Ty Segall mange comme un goret, mais il sait faire preuve de délicatesse, saisissant sa guitare acoustique pour Slowboat des Sparks ou Pretty Miss Titty de Gong.

Si tous les artistes précédemment cités sont relativement connus, ce genre d’album sont aussi l’occasion d’en découvrir des plus obscurs. Ici, pourquoi pas le tendre punk hardcore de Rudimentary Peni ou de The Dils ?

Mais on préfère vous laisser avec le classique I’m a Man du Spencer Davis Group.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *