Les concerts à la campagne…

Le 13 octobre, je suis allé à Saubrigues dans les Landes. C’est à environ 25 km de Bayonne mais franchement, c’est la campagne, 1400 habitants. L’artiste que j’allais voir, c’est Piers Faccini, 26.000 likes sur Facebook (c’est l’étalon popularité du 21ème siècle).
Salle pleine, 250 entrées, des dizaines de CD vendus après le concert, et des centaines de gens heureux, les spectateurs, les organisateurs, l’artiste…


L’association La Scène aux Champs (ça veut tout dire), se démène depuis 15 ans pour produire des spectacles (musique, théâtre…) à la campagne et sa programmation est de qualité, donc les gens viennent. Certes, il y a plusieurs facteurs… Le prix est modique, l’infrastructure est parfaite (preuve d’un investissement de la mairie…) et une armée de bénévoles s’affairent au montage, à l’accueil, au bar, au démontage… Mais je suis persuadé qu’au moins la moitié des spectateurs ne connaissaient pas cet artiste avant le 13 octobre… alors comment expliquer une telle affluence ? Je pense qu’il n’y a qu’une seule réponse, la qualité de la programmation tout simplement. A partir du moment où vous promettez à vos spectateurs qu’ils vont passer un bon moment, ils vous suivent à condition de ne jamais les tromper…
Et du côté des fans de l’artiste, certains on fait presque 300 km pour le voir…

Conclusion, les concerts à la campagne, ça marche !

Le 31 octobre, je suis allé à Arthez-de-Béarn, dans le Béarn… c’est à 35 km de Pau et c’est la campagne aussi, même pas 2000 habitants. Les artistes que je suis allé voir étaient R. Missing, un duo New Yorkais très prometteur, et les russes Motorama, 41.000 likes.


On est pas dans une salle, mais dans un bar, un bar de campagne, le Pingouin Alternatif, qui se transforme, 2 ou 3 fois par mois, en scène béarnaise de la culture indé. Ce soir-là 132 entrées payantes (j’ai vu des soirées pire à Pau). Et là encore, des gens ravis, certains viennent de loin pour enfin les voir, d’autres découvrent… les fans sont au premier rang.
Mais dans ce lieu qui existe depuis 2 ans à peine, cette affluence n’est pas une exception, 140 personnes pour Birth of Joy, 180 pour Wave Pictures ou Little Barrie et plus de 100 pour Peach Pit, Pavement ou Cannibale.
Ces noms ne vous disent peut-être rien, mais les amateurs de musique indé ne s’y trompent pas, ils savent que dans la campagne béarnaise, ils sauront trouver leur bonheur.

Conclusion, les concerts à la campagne, ça marche !

Allez, pour terminer, le 2 novembre, je suis allé à à Mourenx. C’est pas vraiment la campagne, 6500 habitants, mais la programmation musicale est assez pauvre, même si elle s’étoffe depuis peu.
L’artiste en tête d’affiche, Jeanne Added, 34.000 likes, et 350 personnes dans la salle.

Conclusion, les concerts dans les petites villes, ça marche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *