Birth Of Joy au Pingouin Alternatif Vendredi 21/09/2018 – la boîte de Pandore progressive

 Je vieillis… J’aurais bientôt 53 ans si si en Octobre je vous assure. Vous savez le genre de truc pour lequel on fait toujours ces messes incroyables cadeaux, gâteau, soirée bref c’est l’anniversaire. Voilà je suis allé voir Birth Of Joy au Pingouin Alternatif à Arthez de Béarn. Ce groupe de Rock à la grandiloquence progressive est un concentré des Doors, de Led Zeppelin, de Deep Purple(non ne me causez pas de “Smoke on the water” moi je vous cause de “Mandrake root” et autres “May be I’m a leo ou Never Before”), donc je continue la liste j’y rajoute Yes, quelques fois Pink Floyd et même le trio Beck, Boggert, Appice. Voilà le décor est en place, les acteurs vont bientôt rentrer en scène. Il est 21.00

J’ai compris assez vite en semaine, quand les organisateurs demandaient de réserver sa place. A 21.00 il y a du monde au Pingouin, il y a même beaucoup de monde. Les instruments sont en place. Tiens les Hollandais jouent sur Fender Stratocaster donc déjà il y a un côté très attachant. Rares sont les musiciens qui font du gros rock avec ce genre de modèle. Batterie Ludwig rappelant la grosse caisse du dirigeable. L’orgue Hammond est grand comme le buffet de ma mère c’est énorme. Mais les instruments ne font pas tout quand même…

21.30 Je me retrouve au fond presque contre le comptoir. Position délicate pas terrible pour faire des photos. Faut que je passe devant. Je me souviendrais longtemps de l’heure je pense ce soir-là. L’hélice de la cabine Leslie tourne comme un ventilo dans un vieux film noir. Les musiciens arrivent. Les hollandais sont blonds je confirme ! Ils s’installent vite aussi. L’hammond vomit les premières nappes. La batterie marteau-pilon rentre en scène. On se sent vasciller d’entrée. Kevin Sunnenberg commence à utiliser sa strat et ses effets incroyables. Sa prestation scénique est incroyable. Bien que Batave le grand blond fait sonner sa guitare comme Achille fait cingler son glaive sous les murs de Troie. Il y a de cela en lui. Ce gars a l’adn du guitar-hero new-age . Sa prestation scénique est impeccable. Il livre ce soir-là une joute incroyable avec l’espace qu’il occupe dansant, nous arraguant de belle manière.

A partir de ce moment-là c’est un déluge psychédélique, progressif et de proto-hard-rock qui s’abat sur nous. La musique du power-trio est une vague ou plutôt un tsunami qui abat ses cartes une par une. Les quatre premiers morceaux sont sous influence vieux très vieux Purple. Mais bien qu’il y ait ces influences de l’ancien monde le groupe et, tout le groupe sait avec un savoir-faire grandiose le rendre totalement actuel, frais ! Trois ou quatre nappes de Reverb nous entourent,  en fait je ne sais plus trop.  La voix est surtout ici l’instrument qui fait que le truc ne sonne pas vieux, ou déjà fait ou du repassage à deux balles. Il n’y aura pas de répit, pas un moment où nous aurons quelconque doute. Ce groupe est au top.  C’est une triangulaire du rock à teneur progressive qui se joue ici. Du vrai Rock Progressif tiré d’un Psychédélisme très bien maîtrisé. 

L’orgue fait son travail, Gertjan Gutmon soutient les lignes mélodiques, harmoniques d’une sacrée manière franchement. C’est ce qui fait le Boost, le Surround de Birth of Joy.  C’est simple à chaque fois qu’il pose ses lignes de mélodies, c’est une poussée qui nous arrache au sol. C’est le soir où il faut être au Pingouin Alternatif.  Le show fait la part belle à la guitare, pour les riffs qui volent jusqu’aux étoiles, à l’orgue Hammond mais aussi et beaucoup à cette batterie marteau-pilon que dirige ou plutôt pilote Bob Hogenelst.

Son truc est très simple. Il compile à lui seul les styles  de Ian Paice, de John Bonham voire de Bill Brufford.  Il les compile, les juxtapose, les renverse, les colle bref ce gars est un couteau suisse du prog psyché. C’est ce qu’il démontre sur un solo de batterie au bord de l’apoplexie avant de repartir encore plus fort et finir le concert et laissant un public ultra repus et bouleversé. En 13 morceaux sortis de leur premier album et de leur dernier ““Make things happen” Birth Of Joy nous a envoyé un sacré show de rock qui fera date.

Les lumières se rallument. Les comptoirs se remplissent. Le stand du merchandising est quasiment pris d’assaut parce qu’on veut avoir un truc de Birth of Joy. On veut un vinyl, un cd, une affiche, une photo un truc qui fasse souvenir quand même. Les musiciens sont d’une extrême gentillesse, causants, très proche du public malgré notre anglais pas terrible(sourires). Je crois que le rock a toujours marché et qu’il marche encore  et notamment celui qui est dans la chapelle du progressif. Birth Of Joy s’ouvre les grandes portes et peut se préparer à célébrer les plus grands lives avec un public qui grossira de plus en plus. Il y a des voyages dont on ne revient pas indemne. C’est notamment ce qui s’est passé ce soir au Pingouin. Un sacré concert où il fallait être. 

Philippe Sargeni

 

There are 3 comments for this article
  1. John MARKUS at 10 h 17 min

    J’ai 63 ans, et, je confirme les propos tenus par Philippe, il est des ” voyages dont on ne revient pas indemne”. J’ai eu la chance d’aller voir les Birth Of Joy au Krakatoa de Mérignac (33), et, là, j’ai pris une claque terrible. Ces Néerlandais ont, parfaitement, assimilé tout le groove et le vintage des vibrations musicales des 70’s, et, je dirai, meme, Mes vibrations 70’s, celles dans lesquelles je suis tombé dedans à l’age de 14 ans. Un groupe comme Birth Of Joy fait du bien au moral, car il ne nous donne pas l’impression d’avoir vieilli, mais, plutot, d’etre encore dans cette époque bénie des 70’s. Certes nous n’avions pas Internet, You Tube, et, Facebook, mais, nous avions Rock’n’Folk, Best, et, Extra qui nous parlait de Pop Music, avant qu’elle ne devienne la Rock Music. Cette musique Old School reste, véritablement, suspendue dans l’espace et le temps, et, nous enthousiasme? au plus au point? car elle est jouée par une jeune génération qui rend hommage à tous ces artistes qui nous ont rendu heureux dans notre Jeunesse. Pour information, un autre groupe Néerlandais, qui joue, un peu, dans la meme veine, se produira le Mercredi 10 Octobre prochain au Krakatoa de Mérignac. Leur nom: DEWOLFF, et, eux ,aussi, valent le déplacement. J’y serai……

  2. John MARKUS at 11 h 50 min

    Pour info, l’information nous est parvenue hier, BIRTH OF JOY arrete définitivement. Une perte immense pour les Fans de Rock Progressif Old School 70’s. Heureusement, il nous reste le souvenir de leurs concerts et leurs disques. Regrets!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *