Myrath + Manigance – Le Ferrailleur de Nantes – 30/03/2018

Une très belle affiche pour marquer ce début de printemps à Nantes se tenait ce 30 mars dernier avec la venue de deux groupes (Manigance et Myrath) pour un plateau et une soirée affichant fièrement SOLD OUT.
J’en profite pour remercier la maison de disques des deux groupes, Verycords/Veryshow pour leur confiance sur la couverture de cette date et l’accréditation presse/photo.
Le public est déjà nombreux devant les portes et le bar lorsque j’arrive. il est clair qu’il fera chaud ce soir danc le chaudron du Ferrailleur. Le temps de retrouver les amis, de se prendre une petite bière au passage et je me faufile devant, prêt à dégainer devant Manigance.

MANIGANCE
Et ce sont les français de MANIGANCE qui lancent les hostilités. Et il n’y aura pas de tour de chauffe car c’est au rythme soutenu de Face Contre Terre que le set démarre. Ce titre est issu du tout dernier opus du groupe Machine Nation, tout fraîchement sorti en février 2018, chez Verycords.
Le groupe ne se limite pas à cette nouveauté car sur cette tournée. Ce soir il joue sans clavier et surtout il officialise Carine Pinto comme chanteuse officielle du groupe, après le départ le mois dernier du frontman historique Didier Delsaux.
Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle fait bien plus que de l’interim. Le ton est juste et se positionne parfaitement sur les mélodies puissantes et le rythme binaire et rapide d’un style oscillant entre heavy et power metal.
Rappelons que Manigance se caractérise par ses compositions en français, fait suffisamment rare dans un genre dominé par le chant anglo saxon pour être souligné.
Forts de six albums depuis une quinzaine d’années, les palois vont délivrer un set de 9 titres dont 4 issus du dernier en date.
La batterie de Patrick martèle les titres les uns après les autres, tandis que Carine, François, Stéphane et Bruno se démènent en front de scène et joue volontiers le jeu de la pose pour les photographes lorsque je pointe le bout de mon objectif.
Le set passe rapidement, il y a des connaisseurs dans le public qui entonnent des morceaux connus par cœur, le concert se termine sur Pur Sang qui sonne comme du Iron Maiden en français et sur Les Larmes de l’Univers… pas celles d’un public qui est ravi malgré le temps passé si vite et les inévitables débats sur le chant “Carine elle est top” ou “C’était mieux avant”… Des débats qui se poursuivront au bar en attendant Myrath

MYRATH
Le temps d’un court passage au bar et d’un débrief avec le copains et c’est déjà l’heure de se faufiler devant pour Myrath. Car c’est sur, la salle sera pleine et les déplacements avec l’appareil compliqués donc positionnement stratégique devant au centre de mise.
On rappelle que Myrath est un groupe de métal franco-tunisien, qu’ils ont acquis une belle notoriété en Europe depuis quelques années et qu’ils ont déjà à leur actif quatre albums, dont le dernier en date Legacy est unanimement reconnu et adoubé par la critique.
Sorti en 2016, Legacy a déjà fait l’objet de belles tournées et m’a permis de croiser le chemin de Myrath à deux reprises, lors du dernier Hellfest et lors de leur dernier passage en ouverture pour Vuur et Epica (passage de 30 mn un brin frustrant il faut l’avouer).
Le nouvel album prévu pour 2018, Shehili, était donc très attendu pour cette tournée et particulièrement cette dernière date au Ferrailleur à Nantes. Malheureusement, l’album ayant pris de retard coté promotion, il n’est toujours pas disponible dans les bacs et c’est donc un set laissant la part belle aux anciens opus que Myrath défendra ce soir, jouant tout de même 3 morceaux du futur album.
Et c’est sous une ovation monstre que les musiciens prennent possession de la scène. On était habitués un un démarrage des concerts sur Jasmin et Believer, cette fois ce sera sur une intro différente puis sur Born to Survive, d’emblée un titre du nouvel album. On peut imaginer que si l’album est construit de la même façon il devrait démarrer par ce même enchaînement. Encore une fois, le set démarre avec une magnifique et traditionnelle bellydance avec Mara de Kahina Spirit.
Le set enchaîne ensuite en douceur sur Storm of Lies et ses volutes orientales puis sur Dance, encore un nouveau titre, avant de revenir sur des morceaux plus anciens avec Wide Shut puis Merciless Times (avec un retour de la belle danseuse du ventre pour affoler musiciens et public).
Les titres essentiellement issus de Legacy (6 titres) et Tales of the Sand (5 titres) vont défiler avec toujours autant de plaisir. On lit le plaisir d’être là sur le visage d’un Zaher déchaîné ce soir. Et ce n’est pas fini. Malek et Anis ne sont pas en reste, chacun d’un coté du front de scène. Morgan le batteur est quasi invisible derrière ses cymbales et ses fûts tandis que Elyes est en retrait au fond à droite au clavier, souvent masqué. Il faut dire que la scène n’est pas très grande et c’est en partie ce qui rajoute cette intimité forte que tout le monde ressent ce soir.
Les notes de piano caractéristiques retentissent et Elyes s’affaire sur le clavier : Endure the Silence est le prochain titre, un peu plus tranquille histoire de souffler un peu avant de repartir sur un tube du précédent album avec Nobody’s lives. S’ensuivront encore Madness, The Unburnt en référence à Game of Throne (comme le dira Zaher en introduisant le titre), Sour Sigh et Tales of the Sand.
Zaher va une nouvelle fois montrer toute sa gentillesse en invitant sur scène une petite fille de 7 ans (Lou), un peu intimidée mais pas tant que ça pour interpréter les yeux dans les yeux ou en lui tenant la main et devant un public tout ému un morceau tout entier (j’ai un doute mais il me semble que c’était à la fin de Nobody’s lives) … Ce genre de séquence qui nous fait ne pas regretter de vivre ce genre de show en live ! Bravo Zaher pour ce geste d’une classe immense, sous les yeux ébahis du papa de la petite.
Vient l’heure du rappel, déjà…
Les volutes de tissus se remettent à onduler sous les danses de la belle Mara Priscila et les notes bien reconnaissables de Jasmin s’élèvent. Comme un second concert dans le concert,la séquence qui servait auparavant d’ouverture arrive avec bien entendu Believer à suivre. Ce morceau est clairement le plus connu et attendu par un public qui se déchaîne et reprend à tue tête chaque parole. Zaher s’offre même la fantaisie de piquer le portable d’une personne du staff qui filmait une vidéo en direct FaceBook pour arpenter la scène à la manière d’une Go Pro (magnifique zoom sur le solo de Malek, bravo).
Un dernier morceau issu de Shehili le futur album (No Holding Back) puis l’habituel Beyond the Stars vient clôturer un magnique moment. Habituel ? C’est sans compter sur un Zaher survolté ce soir et décide finalement d’aller se poser les fesses sur le bar du Ferrailleur (c’est vrai que depuis la scène on voit bien bien le show)… Puis il finira le morceau debout sur le zinc, pour la plus grande joie des personnes situées en fond de salle, avant de rejoindre le groupe pour le salut au public.
La encore, le salut se fera à leur manière, assis dans la fosse au milieu du public, avec les copains de Manigance.
Une proximité, un plaisir et un partage incroyables, de la chaleur humaine à revendre, un moment comme on les aime. C’était bon de bout en bout, c’est passé trop vite.
Maintenant, on a hâte que l’album arrive.
Merci encore pour tout, vous avez été parfaits.

Le site officiel Manigance : www.manigance.org
Le site officiel Myrath : www.myrath.com
Photos : © Gaël Hervé
Lieu : Le Ferrailleur (Nantes, FRANCE) | 30/03/2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *