Tyler Bryant and the Shakedown : la nouvelle donne

A vouloir chercher à augmenter sa discothèque de bons albums de Classic Rock vous tomberez certainement comme moi sur un groupe qui est en train de talonner ses grands frères. Tyler Bryant and the Shakedown ont débarqué il y a peu mais à l’écoute de leur dernier album on s’avance très vite pour dire que le groupe va promettre des choses grandioses.

Si le Royaume-Uni a tenu la dragée haute dans les 70’s dans cette catégorie, depuis les 90’s ce sont les Etats-Unis qui sont en tête du peloton. Tyler Bryant vient du Texas et plus précisément selon les sources wikipédia de Hoey Grove (on se croirait dans un épisode de Jessica Fletcher !). Il arrive à Nashville à l’âge de 17 ans. Il y fait la rencontre de son futur cogneur de fûts en la personne de Caleb Crosby. Au bout d’une semaine ils se nomment The Shakedown. Ils rencontrent alors Calvin Webster qui tiendra la basse, puis enfin un vrai fils de et nul autre que la filiation directe de Brad Whitford d’Aerosmith, Graham Whitford qui se joint au groupe. Calvin Webster s’est éclipsé peu après et c’est Noah Denney qui l’a remplacé. Voilà donc pour les forces en présence !

L’année 2013 est une grande année pour le groupe. Ils enregistrent leur premier album Wild Child. Ils le font produire par Vance Powell, un monsieur qui s’est occupé de pointures, et pas des moindres, comme Jack White, Steve Seasick et Beck. Jamais fatigués et repus ils remettent le couvert en 2015 avec un Ep cette fois, The Wayside. C’est leur deuxième Ep le premier ayant été enregistré en 2011. En tout cas si les gars avaient pensé se faire une entrée dans le grand monde c’est gagné ! Première partie pour AC/DC, pour le groupe du papa de Whitford Aerosmith, BB King, ZZ top, Jeff Beck. Ils s’offrent la première partie qui les propulse aux étoiles en ouvrant pour Guns’s and Roses. Nous sommes en 2016. En 2017 le groupe jette au monde sa nouvelle galette Not In The Lifetime.

L’album rallie tout le monde. La presse lui réserve un très bon accueil. Il faut dire que l’album est généreux en production. Les chansons sont très bien calibrées et elles assoient définitivement un groupe qui joue en pleine possession de ses moyens, délivrant des riffs que les amateurs du genre vont s’empresser de saluer sur toutes les scènes où le groupe passe. Si vous êtes un amateur du style et que vous peinez à renouveler le stock, Tyler Bryant and the Shakedown est certainement le groupe qu’il faut avoir dans sa discothèque. Not in the lifetime est précis, concis, très bien produit regorgeant de chansons rock, classic rock, accrocheuses, véritables hymnes du genre et, qui n’a rien a envié à ses confrères, ni à ses aînés des 90’s et des 70’s. Frais, actuel, rock c’est tout ce que le public demande et c’est tant mieux car ils l’ont fait !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *